MyQ relève le défi de l’impression cloud

Alors que de plus en plus d’entreprises déplacent leur infrastructure dans des environnements cloud pour plus de flexibilité, d’évolutivité et de réduction des coûts, les fournisseurs de logiciels suivent le pas pour rendre leurs services pertinents dans cette nouvelle ère. Et MyQ prend le pas.

30/09/2020

Alors que de plus en plus d’entreprises déplacent leur infrastructure dans des environnements cloud pour plus de flexibilité, d’évolutivité et de réduction des coûts, les fournisseurs de logiciels suivent le pas pour rendre leurs services pertinents dans cette nouvelle ère. Et MyQ prend le pas.

 

L’attrait des solutions cloud

MyQ s’est joint à la communauté de plus en plus grande de développeurs qui optimisent leur produit pour l’informatique en cloud. Il est raisonnable de s’attendre à ce qu’il y ait toujours un pourcentage de clients qui auront un besoin pour des solutions on-premise ou favoriseront une infrastructure hybride avec un mélange de services informatiques basés sur le cloud et sur site. Mais se débarrasser de la nécessité d’acheter, de maintenir et de mettre à niveau des serveurs (c’est-à-dire aussi des serveurs d’impression) et des logiciels informatiques en local a décidément plus d’avantages que d’inconvénients.

A noter que les services cloud fonctionnent selon le « principe du paiement à l’utilisation », ce qui signifie que l’abonnement ne couvre que les ressources matérielles du cloud ou le nombre d’utilisateurs dont l’entreprise a actuellement besoin, et lorsque ces demandes évoluent, elles peuvent être réduites ou augmentées de manière flexible. Un autre avantage est que contrairement aux solutions on-premise, qui peuvent nécessiter un investissement initial important, un abonnement cloud est favorable aux flux de trésorerie, de sorte que les petites ou moyennes entreprises peuvent se le permettre. Enfin, la centralisation de la gestion des serveurs et le partage des services et des ressources peut également s’avérer très bénéfique.

 

 

Loi du marché

Les entreprises sont tout à fait conscientes qu'avec les solutions on-premise, elles ont un contrôle total - et qu'il y a forcément un compromis à faire pour passer au cloud. Cependant, la flexibilité et la simplicité sont des avantages si puissants qu'il est tolérable de changer. La sécurité et la conformité aux réglementations sur la confidentialité des données sont extrêmement importantes et, avec la migration vers le cloud, elles sont désormais gérées par le fournisseur. C'est un élément clé pour de nombreuses entreprises, il est donc compréhensible que ce sujet soit traité avant qu'une entreprise ne déplace sa gestion de l'impression dans le cloud.

Pour de nombreuses PME et grands comptes, l’adoption de solutions cloud est un moyen de rester à la fine pointe de l’innovation technologique. L’utilisation d’un service cloud tiers leur permettra d’externaliser certains enjeux, comme l’optimisation de l’infrastructure, à un fournisseur externe avec plus de dévouement et de ressources.

 

Un virage vers l’impression sans serveur

Le déplacement de la gestion des services d’impression vers le cloud est tout à fait conforme à la mission principale de MyQ d’économiser de l’argent, mais surtout du temps. Le fait d’être abonné à un service de gestion de l’impression basé sur le cloud est non seulement largement reconnu comme un gain de coûts majeur lorsqu’il s’agit de l’exploitation et de la maintenance de serveurs sur place, mais il enlève également une partie importante de la charge de travail du personnel informatique interne.

La vision de MyQ est de soutenir nos clients qui ont fait le pas vers le cloud, et qui ont décidé de déplacer leurs systèmes internes vers Microsoft Azure. L’idée est de fournir des options d’impression pratiques aux clients qui travaillent de la maison (c’est-à-dire de l’extérieur de leur réseau d’entreprise), et aussi aux clients touchés par la résiliation imminente de certains services, comme Google Cloud Print, qui a annoncé sa fin en Décembre 2020.

 

MyQ dans le cloud privé MS Azure

Les clients utilisant Microsoft Azure comme cloud privé, hébergeant leurs systèmes internes, peuvent ajouter MyQ à la liste des services informatiques qu’ils n’ont plus besoin d’avoir installés sur un serveur local. Une partie de l’espace cloud privé loué peut être dédiée aux serveurs MyQ, et MyQ en cours d’exécution dans Azure peut utiliser les répertoires Azure Active Directory. La fonctionnalité d’authentification unique déjà utilisée par les utilisateurs pour accéder à des applications dans le cloud Microsoft peut également couvrir l’impression cloud avec MyQ, sans avoir besoin d’utiliser la connexion VPN.

MS Universal Print (MS UP), service du géant du logiciel, est étroitement lié à Microsoft Azure. MS UP déplace la fonctionnalité de serveur d’impression Windows vers le cloud Microsoft 365 et l’intègre pleinement à Azure Active Directory. L’attrait de ce service est de donner aux utilisateurs la possibilité d’imprimer à partir de n’importe quel endroit en dehors du réseau de l’entreprise, seulement en étant connecté à Internet.

 

Les avantages de Microsoft Universal Print

MyQ a développé et testé un nouveau connecteur universel d’impression, exigeant des utilisateurs de MyQ seulement d’avoir une licence d’abonnement Microsoft 365 Azure et une connexion Internet, tout en apportant beaucoup d’avantages en même temps.

  • Pas besoin de connexion VPN – Universal Print élimine le besoin encombrant d’utiliser un VPN pour imprimer à distance à partir des maisons, cafés ou en voyages d’affaires. Dans le même temps, les utilisateurs ont toujours accès à l’ensemble des fonctionnalités de MyQ. 
  • Itinérance des travailleurs – Les employés qui se déplacent d’un service à l’autre, ou qui voyagent d’un bâtiment à un autre, apprécieront la sélection automatique de l’imprimante en fonction de leur emplacement géographique et la haute disponibilité des appareils.  
  • Découverte rapide de l’imprimante – L’enregistrement des appareils d’impression est très rapide. Il n’est pas nécessaire de trouver, de télécharger ou d’installer des pilotes d’imprimante supplémentaires. Gérer les pilotes d’impression et s’assurer qu’ils sont tous à jour n’est pas une mince affaire dans le calendrier d’un service informatique, donc l’utilisation de MS Universal Print est un autre moyen de gagner un temps précieux. 

Cela dit, certains avantages qui sont généralement énoncés pour MS Universal Print – par exemple l’administration centralisée de l’imprimante ou la prise en charge des flottes d’imprimantes multimarques – ont tous fait partie de MyQ bien avant l’ère de l’impression en cloud.

Il y a même des façons dont MyQ surpasse la fonctionnalité de MS UP. Même les appareils plus anciens connectés via MyQ peuvent être utilisés avec ce service, de sorte que les entreprises n’ont pas besoin d’investir dans la mise à niveau de leur flotte avec des modèles plus récents qui seraient nativement pris en charge par MS UP. Le nouveau connecteur UP de MyQ est donc un bon exemple de symbiose.

 

Dépréciation d’impression MyQ et Google Cloud

La fin de l’année 2020 approche et annonce l’arrêt de la prise en charge de Google Cloud Print. Les utilisateurs de MyQ doivent être sûrs qu’ils seront toujours en mesure d’imprimer de manière transparente et sécurisée à partir de Chromebooks, Chrome et d’autres applications Google.

Pour les clients utilisant Google Cloud Print dans les environnements Chromebook (généralement le secteur de l’éducation qui exécutent des comptes gérés par Google), il est maintenant assez facile de réaligner MyQ avec l’impression Chromebook. Les administrateurs informatiques peuvent effectuer une manipulation rapide dans la console d’administration Google en configurant l’impression via un protocole IPPS sécurisé et permettre aux utilisateurs d’imprimer à partir de Chromebooks de manière native.

Un autre groupe d’utilisateurs affectés par la fin de Google Cloud Print sont ceux qui utilisent des comptes gratuits. Ces clients Chromebook ne seront pas laissés pour compte non plus – MyQ prépare actuellement une solution même pour eux.

 

En cohérence avec les besoins actuels de nos clients

Il est évident qu’il y a un certain nombre de fonctionnalités MyQ à venir en relation avec l’arrivée du cloud. Depuis l’automne 2020, MyQ prend en charge les clients qui cherchent à éliminer les coûts inutiles avec les serveurs on-premise en transférant une partie de leur infrastructure dans MS Azure. Il équipe également tous les utilisateurs en télétravail ou itinérants grâce à Azure AD, qui ne nécessite pas de connexion via VPN. MyQ prend également en charge les utilisateurs de Google Chrome dépendant de l’impression Google Cloud dans les environnements Google.

MyQ est prêt à accompagner les clients qui cherchent à faire le pas vers le cloud et la transformation numérique – et est entièrement dédié à devenir leur partenaire d’impression cloud.