Voici vos confrères et vos consœurs, les héros de MyQ !

Les personnages suivants représentent différents profils d’utilisateurs de MyQ. Chacun d’entre eux évolue dans un environnement de travail différent et fait face à des problèmes de documents particuliers, mais tous ont opté pour la même solution : MyQ ! 

Lucy, la guide MyQ

Lucy fait son apparition à chaque fois que vous avez besoin d’elle, et elle expose les fonctionnalités et les fonctions de MyQ à toute personne ayant besoin d’aide ou souhaitant obtenir quelques trucs et astuces très pratiques.

Explorer la démonstration en ligne avec Lucy 

– Bonjour, Lucy ! Je vous souhaite la bienvenue. 

– Bonjour à vous ! Merci de m’avoir invitée ! 

– Tout le plaisir est pour moi. Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer plus en détail quelles sont les responsabilités d’un « guide MyQ » ? 

– Bien sûr. Je suis la personne chargée de guider les gens parmi les fonctionnalités de MyQ Solution. Je leur offre une visite guidée de l’environnement numérique de MyQ Solution en leur montrant les points intéressants. Je leur en explique le fonctionnement et l’utilisation, leur conseille des fonctionnalités à explorer et, bien sûr, je suis aussi là pour répondre à leurs questions. 

– À voir votre enthousiasme, je crois comprendre que vous aimez votre métier ? 

– Ça oui, c’est le moins qu’on puisse dire ! J’adore mon métier. J’ai toujours aimé partager mes connaissances avec les autres, et les aider à comprendre de nouvelles choses, de nouveaux concepts. Avec un produit aussi complexe que MyQ, il y a beaucoup d’aspects et de petits détails à traiter. Comme l’ensemble est assez technique, il faut expliquer tout cela de la façon la plus simple et directe qui soit. Mon objectif, c’est que tout un chacun – et pas seulement les pros d’informatique ! – puisse comprendre sans frustration le fonctionnement de MyQ. C’est un super outil qui permet de gagner énormément de temps. À bientôt ! 

Lucy, la guide MyQ

James, le héros MyQ

James incarne la solution MyQ, et c’est le débrouillard par excellence. Dans nos histoires, c’est lui débarque d’un seul coup pour sauver la situation. 

Obtenez votre solution d’impression gratuite : MyQ Smart 

– Très cher concitoyen, très chère concitoyenne ! Avez-vous besoin d’un coup de main pour vos impressions ? James est là pour vous ! 

– Oh, ah, bonjour James, et merci d’être là ! En fait, j’avais plusieurs questions à vous poser... 

– Bien sûr, n’hésitez pas ! Je suis là pour ça. 

– Merci. Je voudrais commencer par vous demander de m’en dire plus sur vos... euh... votre poste ? 

– Bien sûr ! Je m’appelle James le héros MyQ. Je suis le puissant gardien de votre solution d’impression. Aucun travail de numérisation ou de copie n’est trop lourd pour moi. Deux mille pages à imprimer ? Je les répartis sur plusieurs imprimantes, et c’est fait en un rien de temps. Des problèmes avec votre parc d’impression sacré ? Rapide comme l’éclair, voici un rapport ! 

– Merci pour votre explication, c’est on ne peut plus clair. Et donc, votre... votre tâche, c’est d’assurer le bon fonctionnement de MyQ ?  

– Voilà ! Je protège les trois royaumes de la gestion de documents : je défends les travaux d’impression, de numérisation et de copie professionnelles contre les méchants, qu’il s’agisse de pirates informatiques, de dépensiers ou du temps perdu. Mais être le héros MyQ, c’est aussi prendre soin de la réputation de MyQ, et s’assurer qu’elle constitue toujours LA solution pour nos clients face à l’adversité. 

– C’est pour cette raison que vous venez en aide aux utilisateurs lorsqu’ils en ont le plus besoin ? 

– Exactement ! Je vois le signal d’alerte, réagis au quart de tour et me précipite pour proposer une solution à leur problème ! Il suffit de le dire, James est là pour le faire ! 

James, le héros MyQ

Mark, le PDG et commercial

Mark prend la productivité et le rendement de son organisation à cœur. Pour cette raison, c’est la facilité d’utilisation de MyQ qui lui semble la plus importante, suivie de près par la fonctionnalité de rapport avancé. Mark aime savoir combien de temps et d’argent MyQ lui permet d’économiser. Se déplaçant énormément, il trouve qu’il est vraiment pratique de pouvoir lancer et récupérer un travail d'impression dans deux endroits différents, ou encore entièrement déléguer ses impressions à son assistant. 

Regardez comment MyQ augmente le rendement 

– Content de vous rencontrer, Mark.   

 – Merci. Content d’être parmi vous !   

 – J’aimerais commencer par ce dont vous avez parlé au téléphone : MyQ. D’une façon générale, qu’en pensez-vous ?  

 Pour être honnête, je suis absolument épaté. À peine le contrat avait-il été signé que déjà notre équipe informatique avait installé le logiciel à notre siège. En une demi-heure, il était prêt à être utilisé, y compris par toutes nos filiales étrangères, grâce à l’installation à distance. Ce sont quelques milliers d’appareils en tout... Je m’attendais à ce que cela fasse un énorme trou dans notre budget, mais rien de cela.  

 – Vous avez donc réalisé des économies ?  

 – Et pas qu’un peu ! Lorsque les gens de l’entreprise MyQ m’ont présenté le produit et m’ont expliqué toutes les économies d’heure-homme et de coûts qu’il permettait de réaliser, j’étais intéressé. Et je dois dire qu’ils n’avaient pas menti. Maintenant, j’ai un bon aperçu des impressions et des numérisations réalisées.  

 – Quelles fonctionnalités utilisez-vous pour cela ?  

 – Surtout la fonctionnalité Rapport avancé. Chaque mois, l’équipe informatique m’envoie un rapport détaillé de l’utilisation des imprimantes et des possibilités d’amélioration, et nous pouvons donc réajuster les règles en conséquence. Par exemple, nous avons réalisé que beaucoup de nos employés lançaient des impressions couleur même lorsque cela n’était pas nécessaire, et nous avons donc décidé de limiter cette fonctionnalité. Mais il n’y a pas que les économies en termes de monnaie sonnante et trébuchante : je suis à la tête d’une super équipe de professionnels, et je souhaite qu’ils consacrent leur temps à leur métier plutôt que de gaspiller de précieuses minutes à se battre avec une imprimante.  

 – C’est tout à fait logique.  

 – Et puis il y a aussi... drrrr, drrrr Désolé, il faut absolument que je prenne cet appel. Ce téléphone va finir par trouer ma poche ! Mais merci, et au revoir !  

Mark, le PDG et commercial

Tom, le comptable

Tom adore, lui aussi, les rapports avancés de MyQ, qui lui sont automatiquement envoyés par e-mail chaque mois. Ils l’aident à garder l’œil sur les activités d’impression, de numérisation et de copie, et à ajuster les politiques d’impression en conséquence, dans le cadre de la gestion des coûts. Une grande partie des tâches de Tom consiste à gérer et à numériser des factures, ce qui ne lui prend désormais presque plus de temps grâce aux workflows dynamiques de MyQ. 

Qu’est-ce que les rapports de MyQ ont de si spécial ? 

– Bonjour Tom, et merci d’avoir accepté notre invitation.  

– Bonjour, content d’être là. De quoi allons-nous parler aujourd’hui ?  

– Vous ne tournez pas autour du pot : c’est parfait, ça ! En tant que chef du service comptabilité, c’est vous qui gérez les dépenses et le budget de votre entreprise. En quoi votre travail est-il délicat ?  

– Vous avez tout à fait raison, dans mon service, je supervise tout un tas de processus très différents. Outre les « grands classiques » telles que les salaires ou les frais de déplacement, il y a aussi les coûts liés au fonctionnement quotidien de l’entreprise, avec entre autres les coûts d’impression. Si le système n’est pas bien défini, ces derniers peuvent s’avérer très conséquents. Et je sais de quoi je parle !  

– C’est intéressant. Mais alors, comment faites-vous pour maîtriser les frais d’impression ?  

– Lorsque j’ai commencé à ce poste, c’était l’anarchie. Chaque mois, je devais insister pour que le service informatique me fournisse un rapport... Il leur fallait toujours au moins deux jours pour l’établir, et le pire, c’est qu’en général, ils étaient incomplets et très compliqués à suivre.  

– J’imagine que pour un comptable, ne pas pouvoir suivre convenablement les dépenses relève du cauchemar...   

– C’est exactement ça.  Mais les choses sont différentes maintenant. Nous nous sommes mis à MyQ, et maintenant que ce logiciel est installé sur nos appareils, je peux faire confiance aux données des rapports.  

– Maintenant, les chiffres sont exacts... 

– et précis, à la feuille de papier près ! Mais il n’y a pas que le décompte des impressions qui compte : pour pouvoir obtenir des résultats, vous devez inclure d’autres variables, telles que l’utilisation du toner ou encore les frais de réparation. Vous devez également surveiller les copies et les numérisations au niveau de chaque filiale, service ou utilisateur, pour connaître la répartition des dépenses. MyQ est tout à fait en mesure de fournir cet aperçu ô combien important.  

– Et en général, lorsque vous avez passé en revue le rapport, à quelles conclusions parvenez-vous ?  

– Je fais figurer les résultats dans le rapport mensuel que j’adresse à notre PDG, et si nous constatons que les coûts d’impression vont au-delà d’un montant défini, nous modifions nos politiques d’impression ou de copie. 

Tom, le comptable

Mike, l’administrateur informatique

Dans le petit monde parfait de Mike, MyQ fait fonctionner le parc d’impression tout seul, sans qu’aucune intervention ne soit nécessaire. Bien sûr, les toners et les rames de papier doivent toujours être chargés manuellement, mais tout le reste ou presque est centralisé – depuis l’installation et la configuration de l’imprimante aux mises à jour de statut, à la gestion des utilisateurs et aux rapports. 

Comment MyQ facilite-t’elle la tâche aux administrateurs informatique ? 

 – Bonjour, Mike, et bienvenue.  

– Bonjour à vous.  

 – En tant qu’administrateur informatique, vous supervisez bon nombre des travaux informatique de l’entreprise. Lesquels d’entre eux se sont avérés étonnamment chronophages ? 

– L’installation de nouveaux logiciels et matériel informatique, sans hésiter. Cela peut occuper une grande partie de ma journée de travail. Et puis, il faut aussi prendre en compte le suivi des appareils et des processus internes.  

– J’imagine que les nouvelles technologies vous facilitent la tâche...  

– Oui et non. Cela dépend du domaine. Récemment, nous avons installé un nouveau logiciel appelé MyQ. Depuis, notre service passe beaucoup moins de temps à résoudre des problèmes et des tickets liés aux imprimantes. C’est loin d’être négligeable, d’autant que les effectifs du service informatique sont réduits d’année en année.  

– Et en quoi MyQ vous est-il utile ?  

– L’automatisation, c’est vraiment ce qui a rendu notre travail plus facile, ici au service informatique. Chaque processus qui se déroule automatiquement – et correctement, cela s’entend – en arrière-plan est autant de temps que vous pouvez consacrer à d’autres tâches. Prenez l’installation de nouvelles imprimantes, par exemple. Chez nous, cela atterrissait systématiquement dans le dossier « personne ne veut le faire ».  

– Mais pourquoi, au juste ?  

– Parce qu’avant, il fallait installer tous les connecteurs et les pilotes, imprimer une page brouillon, appeler l’assistance... Il y avait toujours beaucoup de temps d’attente.  Lorsque le technicien MyQ m’a annoncé que leur logiciel faisait tout cela automatiquement, et que la seule chose que j’avais à faire, c’était de lancer le logiciel, j’ai pensé qu’il se moquait de moi.  

– Mais ce n’était pas le cas ?  

– À ma grande surprise, cela ne l’était pas du tout ! Je n’ai véritablement eu qu’à connecter l’imprimante à notre réseau, et rien d’autre. Mais comme je l’ai déjà dit, il faut également surveiller et contrôler le parc d’impression. Je ne compte même plus les fois où j’ai vu un collègue complètement désespéré me réclamer un toner ou une rame de papier. À chaque fois, il fallait que je quitte mon bureau pour lui venir en aide... Mais maintenant, j’ai le widget MyQ directement sur le tableau de bord de mon interface administrateur, et dès que qu’il y a un problème quelque part sur notre parc d’impression – et ce qu’il s’agisse d’un papier coincé ou bien d’une cartouche presque vide – je suis immédiatement averti. Et puis, lorsque les consommables sont presque épuisés, le système en recommande automatiquement.  

Mike, l’administrateur informatique

Kate, la manageuse

Lorsqu’on l’interroge sur les points forts de MyQ, Kate place la personnalisation en premier. Le fait de pouvoir arriver à l’imprimante, de s’y connecter en y faisant simplement glisser son badge, de cliquer rapidement sur l’une de ses fonctions les plus utilisées (telles que Scanner un contrat ou Scanner une carte d’identité) lui a permis de gagner de précieuses minutes et heures de travail. Et il y a même mieux : en matière de protection de données, elle fait entièrement confiance à MyQ. D’ailleurs, elle peut même avoir recours à des fonctionnalités de sécurité supplémentaires, telles que des mots de passe ou du caviardage sur les documents qu’elle numérise. 

Découvrez à quel point vous pouvez personnaliser votre imprimante 

– Bonjour, Kate ! Comment allez-vous ?  

– Bonjour, heureuse d’être là. Je vais très bien, merci ! Ce mois-ci, mon service a atteint 100 % de ses objectifs ! En tant que chef d’équipe, je suis on ne peut plus heureuse.  

– Félicitations ! Quelle est la raison de tels résultats ?  

– Pour être honnête, il m’a fallu un peu de temps pour comprendre. Mais j’ai fini par réaliser que ce que nous avions de mieux à faire, c’était optimiser nos workflows – et notamment nos tâches administratives, qui ne demandent aucune activité mentale. Les impressions, par exemple. Cela peut être une cause de stress pour quelqu’un qui est pressé, qui a besoin de photocopier quelque chose et ne sait pas sur quel bouton de l’imprimante il doit appuyer...  

– Je vois très bien de quoi vous parlez ; je me rappelle d’ailleurs une imprimante qui proposait 6 options de copie et de numérisation différentes.  

– Alors vous savez tout à fait à quel point cela peut perturber. Et puis, chacun des membres de notre équipe a ses habitudes d’impression et de numérisation à lui, en fonction de son poste ou du projet sur lequel il ou elle travaille. Tout est bien plus facile depuis que les informaticiens ont installé le logiciel MyQ X sur nos terminaux d’impression. Désormais, il n’y a rien de plus facile que de les personnaliser et de masquer les fonctionnalités que vous n’utilisez pas. 

– Personnaliser un panneau d’impression ?  

– Tout à fait. Et nos collègues les plus créatifs apprécient particulièrement le choix des couleurs et des motifs d’arrière-plan. Personnellement, en tant que chef de service, j’accorde plus d’importance à la possibilité d’afficher toutes mes fonctionnalités préférées directement sur l’écran d’accueil dès que j’y suis connectée. Vous n’imaginez même pas le stress et les pertes de temps que cela nous a évité.  

– Cela me semble intéressant, mais cela reste toujours un peu abstrait pour moi... Pouvez-vous me donner quelques exemples de fonctionnalités que vous avez choisies ?   

– Bien sûr ! En fait, je fais beaucoup de numérisation, donc ce domaine m’intéressait particulièrement. J’ai donc choisi d’afficher les fonctionnalités « Numérisation vers messagerie » et « Easy Scan » ainsi que la fonctionnalité « Filigrane », car la grande majorité des documents auxquels nous avons affaire sont sensibles. Maintenant, il me suffit de me rendre à l’imprimante, de m’y connecter et d’appuyer sur la fonctionnalité dont j’ai justement besoin. Fini les tâtonnements pour parvenir à l’option recherchée ! 

Kate, la manageuse

Sophie, l’assistante

Avec MyQ, l’arme de prédilection de Sophie, c’est la fonctionnalité Easy Scan. En effet, l’une des tâches quotidiennes de Sophie, c’est la numérisation du courrier postal. MyQ envoie directement les documents numérisés à sa boîte de réception ainsi qu’à celle de Mark, et les convertit en PDF modifiables ou autres formats de documents également modifiables. 

Apprenez en quoi les workflows de numérisation peuvent vous aider 

– Bonjour ! Désolée d’être en retard.   

– Pas de souci, Sophie ! Mais que t’est-il arrivé ?   

 – Eh bien... Notre entretien était prévu pour 15 h, n’est-ce pas ? Et à 14 h 30, voilà le PDG qui me demande d’imprimer un document de 200 pages avec filigrane horizontal. Et c’est moi la chef de bureau...   

 – Mais pourtant, il n’est que 15 h 10... Dis-moi, Sophie, comment as-tu réussi à faire si vite ?   

– Notre imprimante est plutôt efficace.   

 – Qu’a-t-elle de si spécial ?   

 – Depuis son panneau de contrôle, on peut commander un logiciel appelé MyQ. J’y ai prédéfini un bouton « Imprimer avec filigrane » spécial. Je n’ai qu’à appuyer dessus puis à patienter. Le document se trouvait déjà dans la file d’attente, et les impressions du PDG sont automatiquement déléguées sur mon compte.   

 – Tout cela me semble un peu futuriste, mais je te crois sur parole ! Au moins, nous avons un peu de temps pour discuter maintenant.  

 – Eh oui ! Tout est plus simple pour moi depuis que ce nouveau logiciel a été installé. L’ancien terminal de notre énorme imprimante était un vrai casse-tête... Si tu savais le nombre de pages mal imprimées...  

 – Je préfère ne pas savoir ! Et donc, qu’est-ce qui a changé maintenant ?  

 – Un jour, l’équipe informatique a installé MyQ sur les terminaux de nos imprimantes, en très peu de temps, d’ailleurs... Et ils m'ont dit que je pouvais y configurer toutes mes fonctionnalités préférées.  

 – Et donc, qu’est-ce que tu as choisi d’y faire figurer ?   

 – Des urgences comme celle d’aujourd’hui, j’en ai souvent : nous avons à gérer beaucoup de documents confidentiels, alors le filigrane automatique a été la première fonctionnalité que j’ai installée. Et puis, comme je suis l’assistante du PDG, c’est moi qui m’occupe de ses documents. J’ai sans cesse des choses à numériser, donc j’ai aussi choisi d’installer Easy Scan. Avec cette fonctionnalité, il me suffit de me connecter à l’imprimante puis d’appuyer sur un bouton pour choisir la destination vers laquelle envoyer mes numérisations, par exemple ma messagerie ou un dossier dans le cloud.  

 – J’imagine que cela te permet de gagner beaucoup de temps et d’énergie.  

 – Ça oui ! Et c’est grâce à cela que je suis déjà là aujourd’hui.  

Sophie, l’assistante

Mia, l’enseignante

Autrefois, imprimer des documents donnait la migraine à Mia. Le campus universitaire dispose d’appareils multifonction situés dans les couloirs, et avant que l’établissement ne s’équipe de MyQ, il lui fallait sprinter jusqu’à l’imprimante pour récupérer ses plans de cours ou ses sujets d’examen, qui s’y imprimaient en file d’attente directe, en espérant y parvenir avant que d’autres mettent la main dessus. Heureusement, avec MyQ, tout a changé. Mia utilise la fonctionnalité Pull printing, qui lui permet de se rendre à une imprimante qui n’est pas occupée, de s’y identifier, et éventuellement de modifier le nombre de copies avant d’appuyer sur Imprimer.  

Regardez comment MyQ protège vos documents 

 

 – Content de vous voir parmi nous, Mia ! Comment allez-vous ?  

 – Bonjour ! Et merci de m’avoir invitée. Je vais très bien, merci. La période des examens approche, donc j’ai beaucoup de sujets d’examens à préparer...  

– Et à imprimer, j’imagine !  

– Tout à fait. Tout doit être prêt sur papier, avec cette particularité qu’ont les sujets d’examens de devoir rester absolument secrets jusqu’au moment de l’épreuve. Notre établissement a bien une imprimante multifonction commune dans le couloir, mais nous avons déjà connu quelques incidents. Avec les étudiants, vous savez... Mais tout cela appartient désormais au passé.  

– Comment cela ?  

– Pour ce nouveau semestre, nous avons fait installer un nouveau logiciel appelé MyQ sur nos imprimantes. Désormais, rien ne peut être imprimé sans authentification de ma part.  

– Eh bien, côté sécurité, cela me semble être un grand pas en avant. Mais comment cela fonctionne-t-il ?  

– C’est vraiment très facile. J’ai juste à envoyer tous les documents que je souhaite imprimer à l’imprimante depuis mon ordinateur. Puis je me rends à l’imprimante et je m’y connecte, soit avec le badge que nous utilisons pour les portes, soit avec mon nom d’utilisateur et mon mot de passe. Ce n’est qu’à ce moment-là que les documents sont imprimés.  

– Et vous n’avez donc plus à craindre que les documents soient chipés.  

– Exactement. Je peux aussi mettre plusieurs fichiers dans la file d’attente d’impression, et les imprimer un par un une fois que je suis à l’imprimante.   

– Autrement dit, c’est beaucoup d’énergie économisée et de stress évité.  

– C’est la vérité même. Tous les profs sont enchantés. Enfin ils peuvent être sûrs que personne n’aura accès à leurs documents tant qu’il n’est pas encore temps. Et puis, cela permet d’éviter les mélanges involontaires de documents. Imaginez le désarroi des élèves lorsqu’ils s’étaient vus distribuer un sujet de dissertation d’histoire à l’occasion d’un examen de sciences physiques... Maintenant, nous gérons parfaitement la situation.  

– Je suis heureux de l’entendre. Et est-ce que ce nouveau logiciel propose des fonctionnalités innovantes ?  

– Bien sûr ! Il m’arrive parfois de ne pas imprimer assez d’exemplaires pour tous les élèves d’une classe. En général, je m’en rends compte trop tard pour rallumer l’ordinateur et lancer une nouvelle impression... Dans ce cas, il me suffit de me connecter à l’imprimante, d’y consulter mon historique d’impressions et de lancer les impressions manquantes.  

Mia, l’enseignante

Noah, l’étudiant

Noah est un enfant du numérique, et son smartphone est en quelque sorte le prolongement de son bras. Imaginez le sourire qu’il a fait lorsqu’il a appris que même les imprimantes de sa fac étaient équipées d’une app, et qu’il pouvait l’utiliser pour envoyer ses devoirs à une imprimante associée à son téléphone à l’aide d’un code QR, puis les y récupérer sans aucun souci de sécurité. L’impression mobile mène à la victoire, mec. 

Que pouvez-vous obtenir grâce à l’impression mobile ? 

– Bonjour Noah.  

– Bonjour ! Comment allez-vous ?  

– Très bien, merci. Pour commencer, je voudrais vous demander de nous expliquer ce qui vous aide le plus dans vos études... 

– C’te question ! Ben c’est les nouvelles technologies, ça c’est sûr. Franchement, qui trouverait le temps ou le moyen de se rendre sur place à chaque fois qu’on veut dire quelque chose à quelqu’un ? C’est d’un ringard... Il y a tellement de moyens de se faciliter la vie...  Aujourd’hui... CLING ! CLING ! Ah sorry, ça c’est mes followers... Je fais un live stream de notre conversation, mais je vais couper le son...  

– Pas de souci, je suis content d’entendre que les gens s’intéressent à notre entretien ! Que vouliez-vous dire ?  

– Ah oui... Juste que aujourd’hui, vous pouvez tout gérer à partir de votre smartphone ou de votre tablette. Franchement, pourquoi vous rendre quelque part ou passer un appel s’il suffit de deux clics dans une app pour régler la chose ? Il y a tellement de choses plus intéressantes dans la vie...  

– Un nombre croissant de jeunes étudiants comme vous utilisent leurs smartphones pour leur travail scolaire.  Est-ce que vous l’utiliser aussi pour imprimer certaines choses ?   

– Et pas qu’un peu ! À notre école, il y a ce nouveau logiciel, MyQ, enfin, il est sur les imprimantes. C’est super rapide et pratique pour imprimer, pour faire des photocopies et pour numériser. En plus, il y a une app qui va avec le logiciel. Si vous voulez être cool, il vous la faut absolument ! 

– Une app pour imprimer ?  

– Ouais, l’app peut vous connecter à toutes les imprimantes de l’école, et donc vous pouvez imprimer vos documents sur l’appareil le plus proche. Maintenant, plus besoin de se traîner de couloir en couloir. Et puis, fini les stockages et recherches de clés USB : maintenant je charge mes devoirs directement dans le cloud, je les charge sur mon téléphone à la maison et puis je les imprime depuis mon téléphone à l’école. Il y en a dans ma classe qui préfère envoyer leurs rédactions sur un mail d’impression spécial par AirPrint ou Mopria : c’est une autre solution pour imprimer depuis son téléphone. Mais passons... on ne ferait pas plutôt un selfie ?  

Noah, l’étudiant

Docteur Daniel, le médecin

Il arrive de plus en plus souvent que des patients demandent au docteur Daniel quelles sont les mesures mises en place à l’hôpital pour garantir la protection de leurs données à caractère personnel. La réponse est multiple : une base de données protégée par des protocoles de sécurité stricts, le cryptage des données d’arrivée et de départ par MyQ ainsi que la fonctionnalité Pull printing. De plus, grâce à la fonctionnalité Impression sans contact de MyQ, les employés ne mettent pas en danger la santé des autres. 

Apprenez-en plus sur MyQ Sans contact 

– Bonjour, docteur Daniel. J’imagine que dans un hôpital comme celui dans lequel vous exercez, même les processus les plus élémentaires imposent de redoubler de prudence.  

– Bonjour ! Oui, c’est exactement ça, et c’est également le cas dans les laboratoires médicaux, les cliniques et les cabinets de consultation. Partout où il y a risque d’infection, il faut être très prudent même lors de la réalisation de tâches administratives très simples, comme des impressions, par exemple.  

– Je vois. Et quelles sont les mesures particulières à mettre en place pour les tâches d’impression dans des environnements médicaux ?  

– Vous savez, je suis loin d’être germaphobe, et d’ailleurs si je l’étais, je ne pourrais pas exercer cette profession... Cependant, dans un hôpital, il ne faut pas prendre à la légère la possibilité d’infection par germes, virus ou bactéries. Et comme bon nombre de ces bestioles peuvent survivre sur différents matériaux, il faut, autant que possible, éviter de toucher les surfaces communes. Pour moi, c’est donc la possibilité d’impression sans contact qui compte le plus. 

– On se sera jamais trop prudent en matière de santé.  

– Tout à fait. Mieux vaut prévenir que guérir !  

– Vous avez parlé d’impression sans contact. De quoi avez-vous besoin pour ne pas avoir à toucher l’imprimante ? 

– Dans notre hôpital, nos imprimantes sont équipées d’un logiciel appelé MyQ. Il offre de nombreuses possibilités d’options sans contact. Vous pouvez le paramétrer de façon à ne rien avoir à toucher, à l’exception de la feuille fraîchement imprimée que vous venez récupérer. Dans ce cas, il me suffit d’envoyer le document à imprimer, de me rendre à l’imprimante et d’approcher mon badge du lecteur pour que mon document soit imprimé. J’ai également la possibilité d’utiliser mon smartphone. Dans ce cas, je scanne le code QR qui se trouve sur l’imprimante pour me connecter, j’envoie le document à l’imprimante à partir de l’app MyQ puis je n’ai plus qu’à attendre que l’appareil fasse son travail. Pas une seule fois je n’aurais touché l’écran de l’imprimante.  

– C’est entièrement sans contact. 

Docteur Daniel, le médecin